Forum Électro-Bidouilleur

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Bienvenue au nouveau Forum Électro-Bidouilleur! Inscrivez-vous pour participer aux discussions! L'inscription est automatisée.

Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.

Messages - Yffig

Pages: [1] 2 3 ... 7
1
Désolé PapyBlue, pas pigé le joke !

2
Bonsoir,
Ah...Nostalgie...ça a été mon premier scope, acheté en kit en 1974 pour le montant d'un SMIG de l'époque !
Pas très stable en température (dérive en continu de la trace) .
En considérant le schéma il doit s'agir de C304, après le pont redresseur basse tension, non ?
Si tu mets deux condos en série, tu dois équilibrer leurs tensions par des résistances égales en // sur chacun des 1000µ, valeur pas très critique, disons qq 10-aines de Kohms, voire une centaine et même pas besoin de plus de 1/4 de W. Par contre tu peux utiliser des 35V un peu moins chers et pourquoi pas des 25v.
Mais c'est plus simple de mettre 2 x 220µ en //. De plus pour les chimiques alu, la précision est souvent de 20 à 50%, alors tu as de la marge... et derrière tu as une régulation avec une zener de 36v, ça devrait le faire. Et les condos chimiques d'aujourd'hui sont moins volumineux que ceux d'autrefois...
Cordialement
Yffig

3
Bonjour Papy Blue,
Non je n'avais pas mis de diode entre entrée et sortie du LM317 (la D1 de la DS de NS): elle sert normalement à protéger le LM317 en cas de short sur l'entrée (ou si une grosse capa en sortie se décharge moins vite que celle en entrée).
En pratique, j'en mets toujours une (cf le schéma que j'ai fourni le 9 mai sur le fil de Cécile auquel vous aviez été le premier à répondre avec pertinence: http://forum.bidouilleur.ca/index.php?topic=509.0).
Moi non plus je ne ne résigne pas... J'ai commandé ce matin sur AliExpress un lot de potards 5K à 20 cts pièce qui vont voir de quel bois je me chauffe :) (des LM 317 ST il m'en reste assez). Je ferai un PCB avec la possibilité de toutes les options possibles : condo de filtrage sur ADJ, et les 2 diodes de protection ainsi que des sondes d'enregistrement de transitoires sur les 3 pins du LM317.
Si ma mémoire est bonne, le 1er LM317 m'avait permis de vérifier que la fonction de tracking sur le LM2596 était OK sur une charge de 51 ohms 10W et ce n'est que lorsque j'ai voulu reprendre les tests à partir de Vout minimun (soit 1.25v) que ça a foiré.
Sur le dernier test que j'ai fait (sur breadboard), l'état de surchauffe du curseur , genre alliage de cuivre, qui frotte sur la piste semble prouver qu'il ne s'agit pas d'un courant de qq mA: je vais voir si je peux en faire une photo .
Cordialement
Yffig

4
Bonsoir PapyBlue,
Merci pour votre réponse.
Mon analyse de départ était que le début de la piste pouvait subir un échauffement excessif. Cette analyse peut se justifier par le calcul suivant:
Le potard est linéaire, donc sa résistance Rpot (angle) est 5K*angle/angle total et il dissipera Rpot*I² (I=5mA).
Si la puissance DISSIPABLE est Ptot, et sous l'hypothèse que celle ci varie aussi linéairement avec l'angle on aura l'inégalité suivante:
5K*angle_courant*I²/angle total < Ptot *angle_courant/angle total soit en évitant le cas angle_courant=0°:
5K*I² < Ptot, et I < racine(Ptot/5K).
Pour Ptot= 0.1W, cela donnerait I < 4.5 mA, donc effectivement cela est trop élevé en régime permanent, qq soit l'angle puisque le courant est de ~5 mA mais:
Toujours pour un pot de 5K et de Ptot=0.15W => I < 5.5 mA, et si Ptot =0.2W => I < 6.3 mA.
Cela signifierait que le potard serait de Ptot inférieure à ses specs, why not ?
MAIS par contre pour un potard de 1K et donné pour 2W, le courant I devra être < à 45 mA OR il était de 1.25V/51ohms ~25 mA. Cela invalide donc cette analyse...

Une autre analyse à laquelle j'avais songé était que le LM317 oscillerait avec une valeur peak to peak proche de Vout (malgré la présence de Cin=0.1µ céramique et Cout=1µ tantale que j'avais placés) sur la pin ADJ qui est une sortie alimentée par les 2 transistors Q17 et Q19. Mais la  datasheet NS inclus des résistances en série sur cette pin ADJ, en particulier une R14 de 12K qui invalide la possibilité d'un courant trop important sur cette pin. Bien sûr je n'avais aucune raison de placer une sonde de scope sur cette pin, donc je ne l'ai pas fait...
Curieusement le schéma implémenté par Velleman utilise un condo de 10µ sur cette pin ADJ (justifié selon la DS par la réjection de la ronflette mais pas pour des besoins de stabilité en fréquence) et aussi la résistance R1 est de 120 ohms soit un courant de 10mA ET une puissance max de 0.6W alors qu'elle ne dissipera que 12mW.
Auraient-ils détecté un "lézard" ?

Votre hypothèse de µ-coupure de piste est effectivement un "début de piste"  :) mais sur 4 potards "flambants"neufs  :), j'ai du mal à adhérer à celle-ci

Pour essayer de finaliser rapidement mes tests de Pré-Régulation, j'avais une paire de LM338K (boîtier T03 donnés pour 5A) achetés 1.50 € pièce sur BangGood que je savais être très certainement des fakes mais comme c'est une version plus musclée des LM317, j'en ai essayé un ce matin (sans potard, uniquement des résistances fixes): à 1A= OK, à 2A  il s'est transformé en fusible !

Je vais donc devoir faire une 0-30/35v (40V max en entrée) / 3A minimum (plutôt 5A) dédiée et j'en profiterai pour implémenter:
- le fail-safe OVP que j'ai présenté sur le fil créé par Cécile
- deux potards tension régulée (gros et fin) afin de balayer rapidement la gamme de tension
- une mesure de courant en mode AMONT par un ACS712/5A et limitation de courant variable à partir de cette mesure
- une limitation OCP (3A) par résistance série + BJT et désactivable
- une sortie de tracking de V régulée (suivi) destinée à piloter une prérégulation LM2596 avec réglage du "Drop Out Voltage"
Bon, ça ne sera pas fait fin de semaine prochaine malheureusement.

Cordialement

Yffig


5
reBonsoir PapyBlue:
J'avais oublié votre dernier point:
"Question : pourquoi vouloir faire passer le courant de sortie minimum dans le potentiomètre ? il suffit peut-être de séparer les exigences."

Ma réponse:
Ce n'est pas le courant minimum qui passe dans le potentiomètre mais le courant constant Vref/R1 qui donnera la tension de sortie Vref + Vref*Pot/R1.

Quant à " il suffit peut-être de séparer les exigences.": je ne vois pas de quoi il s'agit,  je pense que vous vous méprenez sur le fonctionnement du LM317 et j'espère vous avoir éclairé.

Bonne soirée

Yffig

6
Bonsoir PapyBlue,

Merci  d'intervenir sur ce fil, vos lumières sont très souvent précieuses ;) . J'espère aussi celles de Loulou31 qui pourraient éclairer ce dysfonctionnement que je n'arrive pas appréhender.

Tout d'abord, je vais rappeler le fonctionnement assez particulier du LM317, puis répondre à votre message et enfin préciser le contexte du montage du LM317 que j'ai maquetté.

-Le LM317 est un régulateur de tension variable assez particulier...
En effet contrairement à ce que l'on a l'habitude de rencontrer (ex. TL431, boucle d'asservissement de tension par Vref et ampli op, régulateurs à découpage type LM2596, etc.), il n'utilise pas une classique référence de tension référencée au 0v MAIS référencée par rapport à la tension de sortie et, compte tenu de son schéma d'application typique similaire aux schémas "classiques", il est  fréquent de ne pas voir cette différence fondamentale.
La référence de tension interne apparaît donc entre les bornes OUTPUT et ADJ et donc de R1: c'est une valeur classique d'environ 1.25V (par bandgap ?).
Cette tension Vref est associée à une résistance externe (R1) pour générer un courant constant qui alimente une résistance R2 qui retourne au 0v. La pin ADJ est utilisée pour mesurer et asservir la tension Output mais c'est surtout une sortie: courant toujours sortant (Iadj de 50µA typ.)
La tension Output est alors = Vref+(Vref/R1)*R2+R2*Iadj souvent simplifiée en Vref*(1+R2/R1) puisqu'il est recommandé d'utiliser une valeur de R1 permettant de faire débiter au moins 5 mA "à vide"( Minimum Load Current de la Datasheet) d'où la valeur de R1 recommandée de 240 ohms (1.25/240=env.5 mA), alors les 50 µA de Iadj seront négligeables.Je crois que c'est l'essentiel de ce qu'il faut comprendre du LM317.

Concernant vos remarques:
-1/"courant min de sortie": respecté par R1= 240 ohms pour R2= 5K (et dans le cas du potard 1K/2W, j'ai mis R1 = 51 ohms soit 25 mA).

-2/ il n'y a jamais de "courant entrant" sur la pin ADJ si on en croit la datasheet. De plus cette pin provient de 2 émetteurs de BJT NPN (Q17 et Q19) qui, à priori en régime permanent, ne peuvent que fournir du courant (typ. 50µA), pas en consommer.

-3/"En appliquant la loi d'Ohm, pour un potentiomètre de 1K ohms de 2W  on ne doit pas dépasser un courant de 44 mA":
Tout à fait !  En référence au point 1, il est fixé à 25 mA par R1=51 ohms (donnée omise lors de mon premier post, dont acte !)

-4/"Dans le montage considéré, pour une tension VS de 30V et une résistance R1 de 240 Ohms le courant atteint 125 mA soit environ le triple.":
NON ! la tension sur R1 est toujours de 1.25V quelque soit la tension de sortie. La valeur de 125 mA que vous calculez est donc erronée. J'ai donc alors sur R2: 25mA*1K = 25V et donc 625mW<<2W.

Pourquoi j'ai maquetté cette petite alim linéaire ?:
J'avais besoin de tester un projet de prérégulation d'alimentation linéaire par un LM2596. Une petite alim linéaire de 3v à 25v , 1A convenait à ce besoin.

Je ne m'attendais pas à autant de déboires.... même si les résultats obtenus par la prérégulation sont très satisfaisants et me permettaient d'envisager de publier sur le forum. Je vais donc faire une alim linéaire plus classique 0-30v/3A (ça ne sera pas ma première  :P ) pour les besoins de ces tests mais ce ne sera pas aussi rapide.

Cordialement

Yffig





7
Bonsoir Curiosus,

Merci pour votre contribution mais:
-"ça ne devrait pas arriver": bin si, non seulement cela arrive mais c'est reproductible: après avoir publié mon post j'ai remis la main sur un potard de 5K de marque Alpha sans doute 0.1 ou 0.2W, pris un LM317 de chez ST tout neuf, une résistance de 240 ohms (=> I constant de ~5 mA) , deux condos de découplage et monté l'ensemble sur  un breadboard (le montage précédent était sur un véroboard). Avant de mettre sous tension, j'ai mesuré (en 4 fils sur un Keysight 34461A) la résistance entre le point froid du potard et son curseur lorsque le potard est réglé au minimum : j'ai mesuré 2.7 ohms.
Avec une tension d'entrée de 20V,  à la mise sous tension, le potard a fumé DIRECT ! A l'autopsie, la piste de carbone est cramée sur un angle d'environ 30° (comme c'était le cas du 1K-2W de référence WTH118).

-" c'est une mauvaise conception du montage": NON. il n'y a aucune "conception" du montage, j'utilise les précos de la datasheet et Velleman en fait même un kit (le K1823) dont on trouve la doc et le schéma:
https://www.velleman.eu/downloads/0/illustrated/illustrated_assembly_manual_k1823.pdf

- enfin concernant la "résistance  de butée", j'explique dans mon premier post pourquoi c'est illusoire: elle ne changera jamais le courant traversant le potard qui est fixé par Vref/R1, pas par le potard lui même, ni par des résistances de butée.

Concernant le design du LM317, je ne me permettrais jamais de critiquer les génies de l'analogique de chez NS qui ont pondu ce circuit (Bob Pease & al., RIP). J'ai cherché sur tout le Net, en anglais bien sûr, pour voir si qqu'un avait rencontré ce problème: RIEN !
Des LM317, il y en a au moins des 10-aines voire des 100-aines de millions en service et j'en utilise abondamment moi même (toujours avec des résistances fixes ou un petit ajustable entre deux résistances fixes pour régler finement la tension de sortie) et je n'avais jamais eu le moindre pb.  C'est pour cela que j'ai posté mon expérience sur le forum: 3 potards partis en fumée (en fait 4), ça ne peut pas être une simple conjonction de coïncidences, y a forcément une raison que, pour l'instant, j'ignore...

PS: J'ai vu le message de PapyBlue, j'y répondrai dans la soirée.

Cordialement
Yffig

8
Bonsoir PapyBlue,

Tout à fait raccord, ce site, que je suis régulièrement, est une MINE d'OR pour les alims à découpage, les batteries et chargeurs, les LEDs secteur et surtout par ses démontages de bullshits chinois!
Son accent tonique "tchèque" n'altère en rien la haute qualité de son anglais et j'attends toujours avec impatience sa prochaine publication.
Ses bricolages pour les tests sont l'exemple parfait de ce qu'il ne faut pas faire mais je suis certain qu'il le fait exprès (cf son extincteur à mousse par 33cl Pilsen...!).
J'adore son matos vintage "made in CCCP" (scope analogique) et ses composants Tesla, j'en ai vu dans les années 60...
Il n'y a vraiment rien à jeter sur sa chaîne

Bonne soirée.
Yffig


9
Bonsoir à toutes et à tous !

Lors de son live du 15/09, Bertrand nous a fait part de ses "mésaventures" lors de l'utilisation du LM317.
Sa "mésaventure" relève du syndrome RTFM..., et je voudrais ici soumettre à votre propre sagacité mes mésaventures avec cette puce bien que j'ai toujours soigneusement "Read The F... Manual", à savoir la datasheet.

L'incident se produit lors de l'utilisation du LM 317 en régulateur variable conformément à la datasheet ST Micro (vrai aussi avec celle de National Semiconductors.) dont je joins le schéma de principe ("LM317 as variable regulator.jpg").
Le principe en est très simple: la tension de référence (typ. 1.25V) disponible entre ADJ et Output créé un courant I sur la résistance R1 qui retourne au 0v par la résistance variable R2. Cela fournit en sortie une tension très proche de Vref x (1+R2/R1) si la résistance R1 est au max de 240 ohms afin de "tirer" les 5 mA minimum demandés par le LM317.
On peut ainsi théoriquement construire une petite alim variable de Vref à NxVref, de l'ordre de 25v/30V à peu de frais, SAUF QUE:
-DE MA propre expérience,  le potard R2 finit toujours par cramer lorsque qu'on l'utilise en bas de sa course (donc pour des tensions proches de Vref en sortie): cf la pièce jointe "Potard 1K-2W.jpg" où l'on distingue clairement le début de piste détérioré.... (j'ai eu la même chose avec R1=240 ohms et Potard Piher 4K7 0.2W).

Mon diagnostic est le suivant: le potard ne peut dissiper les 2W annoncés (0.2W dans le cas du Piher) que sur la longueur totale de sa piste. Si l'on utilise qu'une toute petite partie de la piste, la puissance admissible devient alors très réduite et quasi nulle tout en bas...
OR R1 et Vref fonctionnent comme une SOURCE DE COURANT I= Vref/R1 et même si R2 devient petit, P=RI² devient grand vis à vis de ce que le petit bout de piste peut dissiper. Ce fonctionnement en source de courant paraît même interdire toute tentative de solution genre une petite résistance de valeur ~R1 dans le retour au 0v.

Si vous avez des suggestions... ou des infos déjà publiées sur ce problème ?

La question était donc  "Faut il bannir le régulateur variable LM317 ?"
Perso, je dirais qu'il faut bannir l'utilisation d'une résistance R2 VARIABLE tel que suggéré par la datasheet ST Micro (ou NS) et se limiter à une résistance R2 FIXE (ce que les 2 datasheets ST Micro et National Semiconductors (mai 1996) écrivent sans insister suffisamment sur ce point: "or by connecting a fixed resistor between the adjustment pin and output" alors qu'il dessinent à côté R2 VARIABLE !

NB: Lorsque la piste du potentiomètre part en fumée (et ce n'est pas une image..., ça crame vraiment!), la tension de sortie du LM317 passe à Vin... et cela risque d'être aussi le cas du montage alimenté... Un bidouilleur averti en vaut 2 !

Bonne lecture

Yffig





10
Bonjour Loulou et Yacnad,
La résistivité d'un conducteur "métallique" augmente toujours en fonction de la température, et c'est forcément le cas des résistance dites "chauffantes" qui ne différent de celles des loupiotes que par l'alliage qui les constitue et, surtout par l'amplitude du delta de température.
Il serait utile que tu nous communiques la valeur nominale de tes résistances chauffantes et la mesure que tu obtiens à température ambiante afin de confirmer ton affirmation " ça a une résistance CONSTANTE à la mise sous tension"  qui signifierait que la résistance nominale (à température de chauffe) = résistance à température ambiante.

Cordialement
Yffig

11
Bonjour,
Pour tester à ces valeurs de tension et de courant j'utilise tout simplement des ampoules halogènes 12v (bien suspendues à cause que ça éclaire mais surtout ça chauffe...!).
Tu as le choix:
- halogènes de salle de bain en 12v 20W et même 50W ce qui te permet avec 4 en série le 48V 200W ...et c'est pas cher. Je les connecte avec de simples dominos pour fil secteur.
- ampoules auto que tu dois obligatoirement posséder pour ton véhicule et là j'utilise des cosses "FastOn"

Cependant, une ampoule, à froid c'est à dire à la mise sous tension, s'approche d'un court circuit... (la valeur nominale courant/puissance est celle de l'ampoule à chaud).
Si tu ne sais pas si ton alim est limitée en courant cela peut être fatal, sinon c'est de loin le meilleur de tous les test pour toute alim à ces valeurs de tension (12v,24v, 48v).
Cordialement
Yffig

12
Bonsoir Ksyrium et Cécile,
1-Effectivement j'avais aussi réfléchi à la mise en place de l'OCP sur le PCB chinois et j'y avais renoncé pour ma part, non pas que cela aurait été impossible mais c'est parce que j'avais trop de contraintes: radiateur et ventilo, taille du boitier, etc...ce que tu n'as pas (encore?). Et pi, comme j'aime concevoir des circuits et réaliser des PCB, perso, j'ai préféré refaire à dimensions idem la circuiterie en appliquant les règles de l'art. Nota: quand tu vois "ses"pistes pour le circuit 3 A...tu prends pas de risque à câbler en 1mm² (soit ~1mm de diamètre pour 2 A , en plus ces liaisons sont à l'intérieur de la boucle d'asservissement donc compensées automatiquement si tant est que qq 0.1 ohms pourraient te gêner.
2-Une remarque cependant si tu omets de mettre en place l'OCP: je peux me tromper mais tu n'as jamais fait de vrai court jus en sortie. Avec 0.47 ohms tu montes à 16 A, imagine alors avec 10 milli Ohms...
Enfin, c'est toi le décisionnaire. Avec un gros radiateur, il est possible que le shoot de courant soit mieux absorbé.
3-Comme tu dis, le plus dur reste à faire: finir proprement un projet avec câblage, face avant et boitier. Tout le monde n'a pas une CNC comme Cyrob (j'ai pas non plus... juste perceuse, scie à métaux, limes, huile de coude et surtout l'absence d'impatience: pas le droit de rater une étape !).

Je pense que mon topo concernant l'Over Voltage Protection est pas très clair et je reviens dessus.
Ce que j'avais constaté, c'est qu'un potard 10 tours de mauvaise qualité (ce pourrait être un mauvais contact sur le connecteur JST-XH3 qui relie le portard à la carte) peut mettre la tension de sortie à Vmax (environ 30v dans mon cas => destruction très probable du circuit alimenté.
La solution que j'ai implémentée "en urgence", et qui me permettait donc de ne pas refaire un nouveau PCB, est d'ajouter une résistance de valeur faible (par rapport au potard) entre le curseur et le 0v directement sur la carte.
Rémi Maillard de SONELEC.com a fait une page sur ce procédé pour modifier le comportement d'un potard:
https://www.sonelec-musique.com/electronique_theorie_potentiometre_modif_courbe.html
Son objectif est de transformer la courbe de variation d'un potard linéaire en qq chose s'approchant d'un potard log.
Dans mon cas c'est un "effet collatéral" mais surtout pas l'objectif cherché.
Les graphes que je fournis sont:
-les courbes rouges qui sont là pour info: modification de la "linéarité" du potard
-les courbes importantes sont les violettes: quelle sera la fraction de tension en sortie si d'aventure le retour à 0v du potard venait à lâcher.
Je peux fournir les formules à implémenter dans Desmos mais ça dépasse pas le théorème de Thévenin...

La solution que j'ai implémentée n'est donc pas vraiment la meilleure...Mais elle marche !
J'avais à l'époque réfléchi à une VRAIE solution pour ce problème d'OVP: je la décris dans le schéma joint et je fournis la simulation SPICE correspondante
nota:
1-Le schéma sous ExpressPCB n'accepte pas les caractères accentués => les explications sont en anglais, sorry...
2- La simulation SPICE a été faite avec un petit MosFet BS170 que j'ai intégré dans SPICE iV à l'époque. Elle est parfaite !
Spice XVII a un petit mosfet 2N7002 en standard...je l'ai testé avant de rédiger ce post => Le MOSFet ne se sature pas ça, ça mérite un peu de "tunning" (résistances, diode zener...)
3- Je n'ai pas réalisé de maquette sur breadbord pour valider. Si je devais implémenter cette solution, je ferais obligatoirement une maquette avec les composants que je vais utiliser sur le PCB final.

Et enfin, un dernier point intéressant:
Cécile avait soumis à la sagacité des bidouilleurs le schéma (aujourd'hui disparu...) de Ian Johnston qui présente une pré-régulation avec LM2576-ADJ.
L'idée de réduire drastiquement la dissipation d'une alim linéaire en asservissant un pré-régulateur à découpage m'a vivement intéressé: qu'attendre d'une telle approche en matière de bruit en particulier ?
J'ai alors commandé un lot de ces petits step down à 0.60€ pièce (!) munis d'un LM2596 (fakes !) que Bertrand et Cyrob ont aussi essayé. Vraiment pas terribles... les 3A : jamais de la vie ! mais pour un step down réglable jusqu'à 2A, ça peut le faire éventuellement...
Cyrob les utilise dans une approche de pré-régulation très intéressante via un optocoupleur dont la non linéarité est apparemment mise à profit pour réduire la dissipation de la partie linéaire à 5v de drop out ce qui donnerait 15W si 3A sur la linéaire. De plus la limitation 3A est intégrée dans les LM25x6 (x=7 ou 9).
Ces circuits existent en boîtier TO220 et ont une efficacité proche de 80%...
Mon fournisseur préféré (Reichelt) propose le 2576 à 1.11€ et le 2596 à 3€. Je suis en train de finir l'analyse des datasheet et grâce au Webench de Texas Instruments le choix des composants avec pour objectif de réaliser qq maquettes très propres avec ces circuits. Je vous tiendrais au courant...
réf. Bertrand: https://www.youtube.com/watch?v=ODPycAvBsbI
réf. Cyrob: https://www.youtube.com/watch?v=t23jyYzn3A4

Bonne soirée

Yffig

13
Bonjour,
Le terme "programmer des pic" que tu utilises est ambigu:
-Veux tu dire écrire des programmes pour PIC, et, si oui, en quel langage ? ASM , C, autres (Pascal, Basic, etc)
alors il existe pour l'asm les produits gratuits de MicroChip, pour C Microchip aussi sans optimisation poussée du code et d'autres gratuits, et des produits commerciaux (MikroElektronika par ex.)
OU
-Veux tu écrire (télécharger) un fichier exécutable pour PIC dans un PIC: il te faut alors un "programmeur" hardware plus un logiciel: il  y a en plein en ventes ou à faire soit même.

Yffig

14
Bonsoir Cécile,

Sage décision que de travailler sur la partie CC de l'alim chinoise; c'est du "All In One" simple à comprendre:
- tu mesures le courant dans ta charge (en mode aval),
- tu le compares avec ta consigne I_lim,
- tu intègres un poil le résultat "logique"
- et tu viens diminuer la tension de sortie de manière à réduire I dans la charge et à ne pas dépasser I_lim.
Simple et de bon goût... en 1 seul ampli op. C'est pas parfait mais ça fait le job !

Tu as du voir les échanges récents que j'ai eu avec Ksyrium sur l'autre fil que tu as créé. Si pas encore vus, regarde en particulier les résultats de nos mesures respectives lors d'un court jus bien que le sien ne soit pas totalement "full short" (et je comprends que sans OverCurrent Protection, il n'ait pas osé...). A ce propos, je t'avais transmis le commentaire de Cyrob qui parlait de "temps de réaction "normal "de 100 ms, c'est donc plutôt des µs (et d'ailleurs il me semble que dans cette vidéo, il se reprend un peu plus loin mais la qualité sonore de ses vidéos pêche un peu...il le sait mais s'en fout apparemment). Dont acte, ce n'est donc pas une infox, juste une langue qu'a fourchée et très souvent il corrige par un commentaire texte incrusté lors du montage mais là il a pas vu (entendu plutôt).

Sinon la boutade des 16 bits, c'était  juste une taquinerie pour te reprendre car tu paraissais réagir sur la forme (la cause technique du pb) plutôt que sur le fond (tests non réalisés, ce qui est extrêmement grave vu le prix du machin).

Quand tu auras fini ton .asc (et regardé ce qu'il donne), poste cet asc sur le forum avec:
- des étiquettes sur les points de test
- les modèles non standard que tu utilises directement copiés dans l'asc
- des commentaires sur ce que tu visualises (courants en particulier)
j'aurais alors plaisir à essayer de t'aider si tu rencontres qq pbs et ça pourra aider d'autres bidouilleuses et bidouilleurs.

Notes:
- tu peux virer le bouzin Zener D8 et U1 et le remplacer par une simple source de tension, idem D7 et Alim_2 par une seule source
- si tu veux regarder le ripple, ajoute en série avec ta source Alim_1, un source pulse en dent de scie à 100 Hz pour simuler la résiduelle
à moins que Alim_1 et Alim_2 ne soient des .subckt ?

Bon courage et à bientôt.

15
Bonjour,
Un complément: quand tu modifieras ton PCB pour y ajouter l'OverCurrent, profites en pour ajouter une diode de protection 1N400x en // sur le transistor ballast.

!! Attention !! J'ai fait une erreur sur mon schéma concernant la valeur de *R19, la résistance de "fail safe" pour le réglage de la tension régulé . elle vaut 1K (0.5w pour dissiper 0.1w quand Vreg est au max ).
J'avais simulé avec Desmos (https://www.desmos.com/calculator) l'effet sur l'évolution de la tension (en %) de V max en sortie avec la fail safe (pour un ratio Potard linéaire de 5K / Résistance de fail safe de 1K) (=> courbe rouge) et ce qui se passerait si le point froid du potard venait à se séparer de la masse (=> courbe violette). La courbe bleue est la courbe originelle du potard, la ligne plane à 1 est le cas Vreg sans fail safe en cas de défaut, donc Vreg est passée à Vmax !.
La courbe rouge te montre que, en bas de l'échelle des tensions, la résistance de fail safe permet un réglage plus fin (à contrario, en haut c'est plus grossier). La courbe violette te montre que, en bas de l'échelle ta tension de sortie ne dépassera guère 5v en cas de défaut.
C'est très facile avec Desmos d'avoir le ratio Potard/Fail Safe mis sous la forme d'un curseur linéaire qui se déplace avec la souris. Par exemple si tu veux que la tension de sortie en cas de défaut ne dépasse jamais 3v, il faut un ratio de 10 donc une fail safe de 500 ohms (et de plutôt 1W) avec une forte dilatation du bas de l'échelle des tensions. Ca peut être très intéressant pour des bidouilleurs qui ne travaillent que sous 3.3v...5V.

Bonne journée.

Pages: [1] 2 3 ... 7